» Il y avait une vie dans le corps de ma femme « 

Ma future femme cherchait désespérément une pharmacie de garde ouverte à côté de chez nous. Quand je lui demandais ce qu’elle avait, elle ne me répondait pas. Bizarre… A force de persévérance elle a fini par me dire quelle avait fait un test de grossesse qui affichait un message d’erreur, elle était sûre d’elle et ne voulait pas attendre le lendemain.
Une fois trouvée la pharmacie de garde, elle a refait le test le temps que je prenne mon petit déjeuner. Et là, Carine se rapproche de mon oreille et me dit tout bas que je vais être papa et je suis resté bouche bée. Ensuite je l’ai serrée très fort dans mes bras. Le lendemain matin Carine a été faire sa prise de sang et le soir même la grossesse était confirmée ! Nous avons fait la première échographie deux jours avant notre mariage. Pendant l’échographie j’ai commencé à réaliser que j’allais devenir papa. Là, nous nous sommes posés pleins de questions à propos de la chambre, du prénom de l’enfant si c’était une fille, car nous avions déjà convenu de Maxence si c’était un garçon.

Perturbés par la recherche d’emploi
À la deuxième échographie, le bébé grandissait bien et bougeait. On distinguait déjà ses membres : que d’émotion ! Ma petite femme a fait une grosse dépression à la suite de notre perte d’emploi à tous les deux. Elle a dû prendre des anxiolytiques pendant quelques temps. Mais le traitement endormait le bébé. Effectivement, Carine ne le sentait plus bouger et a donc tout arrêté. Moi j’essayais de lui remonter le moral mais ce n’était pas évident. Elle perdait du poids et ne prenait toujours pas de ventre.
À la troisième échographie, on nous a révélé le sexe du bébé. Notre famille nous avait fait faire quelques tests et nous avait dit que c’était un garçon. Bien vu ! Nous étions très heureux. Le bébé pesait 494 grammes et le ventre de ma puce prenait forme petit à petit. À partir de ce moment-là, j’ai commencé à le sentir bouger. C’était très beau : il y avait une vie dans le ventre de ma femme, j’étais de plus en plus content.
En janvier nous avons acheté la petite chambre de Maxence. Nous avons tapissé les murs et ça faisait bizarre de se dire que d’ici quelques temps, il y aura un petit être qui sera avec nous ! À partir du 19 janvier nous avons commencé les cours de préparation à la naissance. C’était impressionnant mais intéressant de découvrir le déroulement d’un accouchement : on ne sait pas comment ça se passe.
En février ma puce va à la dernière écho. Le bébé pèse 1 kg 900 et il est estimé à la naissance à 3 kg 300. Deux semaines avant la date, on a rendez-vous avec l’anesthésiste pour la péridurale et voir où en est le col.

L’attente de la naissance
Entre temps, j’ai trouvé une formation qui débute le 27 mars. Ca m’angoissait de savoir que le ‘travail’ pouvait commencer sans moi, mais j’évitais de le montrer en restant positif. Le 29 mars à 5 heures 30 ma puce me réveille et me dit que c’est le moment. Sur le coup je n’avais pas compris mais quand elle me l’a redit, nous sommes partis à la maternité : elle avait perdu les eaux. Les contractions sont arrivées dans la matinée. A 17 heures 30, le col était dilaté à 2, et le gynécologue a préféré que nous fassions une césarienne avant que le travail ne soit encore plus douloureux. Il pensait que le bébé ne pouvait pas s’engager.
Ma puce est emmenée au bloc et moi je suis resté seul car je n’avais pas le droit d’être présent. J’avais peur que ça se passe mal : je faisait les 100 pas dans le couloir. Je surveillais la porte de l’ascenseur et là, la porte s’ouvre. La sage femme arrive avec mon bébé. Ma première phrase en le voyant : « C’est une belle bête !». Il est né a 18 heures 44 mesurait 48.5 cm et pesait 3.66kg. Je n’ai pas pu le prendre dans mes bras car il était en couveuse. À 21 heures ma puce revient dans sa chambre. Je lui ai fait un énorme câlin et l’ai remercié de m’avoir donné un aussi beau bébé car il est beau !


Maintenant Maxence a 1 mois et 9 jours. Il va bien. Je prends mon rôle de papa très à cœur, j’essaie de beaucoup m’en occuper et d’en profiter un maximum. Je trouve ça génial. Un enfant, ça fait vivre une maison avec ses pleurs et ses cris. Il a beaucoup changé depuis la naissance, ça passe trop vite… J’ai l’impression de rater des étapes, il change tellement…

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire