Neufmois.fr » La CommunautĂ© » TĂ©moignage » Mon enfant a comblĂ© ma vie

Mon enfant a comblé ma vie

Avril 2006 : le mois oĂč tout a basculĂ© dans ma vie. Et oui, c’est le mois oĂč j’ai appris que j’Ă©tais enceinte. J’Ă©tais heureuse quand, en appelant le laboratoire, j’ai entendu cette voix au tĂ©lĂ©phone me dire que c’était positif. Si je pouvais crier Ă  ce moment-lĂ , je l’aurais fait. Mais bon, j’Ă©tais au travail.

Le seul hic dans ce grand bonheur : le papa a eu la « super idĂ©e » de me quitter le mois prĂ©cĂ©dant ma grossesse. Mais je n’ai pas, une seule fois, pensĂ© Ă  ne pas garder mon bĂ©bĂ©. Pour moi, c’Ă©tait clair : j’allais ĂȘtre maman, toute seule certes, mais une maman heureuse. De lĂ , j’ai rĂ©flĂ©chi un bon mois pour savoir si j’en parlerais au pĂšre, qui ne m’avait plus donnĂ© signe de vie depuis cette « gentille » lettre, laissĂ©e sur la table du salon, oĂč il m’expliquait ne pas ĂȘtre prĂȘt Ă  une vie de couple, etc etc etc… (Je prĂ©cise juste qu’il avait 31 ans Ă  l’époque. Ah les hommes, ils ne sont jamais prĂȘts Ă  rien !!!)

Enfin, je me suis dĂ©cidĂ©e Ă  le lui dire quand mĂȘme et comme par hasard, il a trĂšs bien pris la chose en me disant que c’Ă©tait la plus belle chose qui lui soit arrivĂ©e. On ne sait pas remis ensemble pour autant et j’ai passĂ© une grossesse super avec la famille et les copines trĂšs prĂ©sentes pour moi. Le futur pĂšre, si on peut l’appeler ainsi, n’Ă©tait pas lĂ - trop de prĂ©occupations autres que moi. Les mois ont suivi mais ne se sont pas ressemblĂ© du tout.

NausĂ©es, sautes d’humeur et tout ce qui va avec les joies de la grossesse. Je me plaignais beaucoup, mais j’adorais ĂȘtre enceinte. Je me prenais en photo tous les mois pour voir l’Ă©volution de mon bidon. C’Ă©tait marrant !
Enfin le jour J, ce fameux 19 dĂ©cembre 2006, Ă  3h35 du matin : un accouchement super, avec pĂ©ridurale, MERCI. Ma maman a assistĂ© Ă  l’accouchement et elle a pleurĂ©. Trop mignon ! Moi, j’Ă©tais trop « shootĂ©e » avec la pĂ©ridurale pour comprendre quoi que ce soit. Ce n’est que quelques minutes plus tard que j’ai rĂ©alisĂ© que ma fille Ă©tait Ă  cĂŽtĂ© de moi, dans sa petite couveuse, et lĂ , j’ai versĂ© ma petite larme. C’Ă©tait trop bizarre de la voir enfin ; j’avais tellement dĂ©sirĂ© ĂȘtre maman et voilĂ , c’Ă©tait fait.

J’ai passĂ© le mois qui a suivi chez ma maman Ă  me faire cĂąliner et Ă  cĂąliner ma fille. Peut ĂȘtre que je ne voulais pas rentrer seule chez moi, enfin seule non, puisque j’avais ma fille maintenant. Mais je pense qu’il me fallait un temps d’adaptation pour ĂȘtre prĂȘte. Le papa est venu la voir quatre fois quand j’Ă©tais encore chez ma mĂšre et la derniĂšre fois qu’il l’a vue, elle avait trois semaines. Ma petite Lya a eu cinq mois et depuis plus de quatre mois, je ne reçois que des textos prĂ©textant qu’il travaille trop ou alors qu’il a eu des petits soucis, enfin des excuses, toutes plus nulles les unes que les autres.

Mais ce n’est pas grave car je pense qu’il le regrettera un jour. Il rate des moments importants qu’il ne pourra jamais rattraper. Enfin, je pense que la vie que j’ai actuellement, c’est celle que j’ai toujours voulue. J’ai toujours Ă©tĂ© trĂšs indĂ©pendante, limite Ă©goĂŻste, et aujourd’hui je suis Ă©panouie comme jamais. Je vis avec ma fille et je passe des moments super avec elle. Tous les jours, je me dis, « mais comment je faisais quand elle n’était pas lĂ  ? »

J’embrasse toute l’Ă©quipe de neufmois magazine, magazine que je lis depuis ma grossesse et encore maintenant.

À lire absolument

Laisser un commentaire