« Ma grossesse, ce n’est que du bonheur !»

Sylvianne, 26 ans, militaire, entame son septième mois de grossesse et se sent plus épanouie que jamais !

Cela pourra en étonner certaines mais j’ai su que j’étais enceinte bien avant de faire les tests. J’ai ressenti un certain bien-être voire même un apaisement. Après avoir obtenu la confirmation de mon gynécologue, j’étais à la fois très émue et un peu perdue. J’avais du mal à réaliser mais je m’y suis faite très vite ! Dès le début, tout s’est bien passé : pas de nausées, pas de mine fatiguée mais plutôt une tendance à être plus calme, plus posée alors que je suis quelqu’un d’actif et de spontané. Je me sens aujourd’hui plus mature, j’ai adopté une autre philosophie de vie. Ma sœur me dit même que j’ai pris un coup de vieux !

Je ne désirais pas connaître le sexe de mon enfant. Je pars du principe que pouvoir donner la vie à un petit être est déjà un très beau cadeau car il n’est pas donné à toutes les femmes. Alors que je donne naissance à un garçon ou à une fille n’avait aucune importance, c’était avant tout mon enfant. Le papa lui, qui est aussi militaire tenait à le connaître avant de partir en mission. Quelle joie et quelle émotion lorsque je lui ai annoncé que nous attendions une petite princesse, c’est ce qu’il voulait ! Nous nous sommes déjà accordés sur son prénom : Katell.

J’ai tenu à annoncer rapidement la nouvelle à mes chefs. Je travaille dans l’administration de la Marine Nationale et même si la parité se développe plus rapidement que dans d’autres secteurs professionnels, il n’en reste pas moins que la grossesse des femmes est un peu difficile à accepter. Même s’ils m’ont félicitée, j’ai eu malheureusement droit à des réflexions plutôt blessantes de la part de mes supérieurs. Il est vrai que ce n’est pas facile tous les jours de gérer ma grossesse seule vu que mon conjoint est souvent absent. Mais je ne suis ni ‘irresponsable’ ni ‘inconsciente’ comme j’ai pu entendre, au contraire ! Mes collègues quant à eux ont été et sont toujours aussi attentionnés. Comme je suis la première dans le bureau à être enceinte, tout le monde était à mes petits soins ! Même depuis que j’ai commencé mon congé maternité, je reçois des messages de leur part pour me demander comment se déroule ma grossesse. C’est très agréable et très touchant.

Nos métiers à mon conjoint et moi-même font que nous ne sommes pas tout le temps ensemble. Nous avons tendance à nous croiser plus qu’autre chose mais c’est un choix professionnel que nous assumons. Même si maintenant que je suis enceinte, il m’arrive d’avoir des montées de larmes parce que j’aimerai bien qu’il soit là plus souvent. Le papa lui, ressent une grande frustration de ne suivre ma grossesse qu’en différé. Ce qui me fait le plus peur, c’est d’être seule le jour de mon accouchement. J’espère que mon conjoint pourra rentrer plus tôt de mission et que ma maman qui habite en Afrique, sera aussi présente pour accueillir notre petite poupée.

Conseil.
Vivre une grossesse seule n’est pas toujours évident au quotidien. La solitude peut être très pesante parfois mais je crois qu’il faut relativiser. On a la chance de donner la vie à un petit être, c’est ça le bonheur aussi ! Il faut profiter ‘à fond’ de sa grossesse et éviter de se laisser envahir par la mélancolie.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire