Neufmois.fr » Ma Grossesse » Ma santĂ© » J’ai eu un lupus enceinte : un deuxiĂšme enfant c’est possible ?

J’ai eu un lupus enceinte : un deuxiùme enfant c’est possible ?

Le lupus eryrhĂ©mateux dissĂ©minĂ© (LED) affecte principalement les femmes en Ăąge de procrĂ©er. Et complique sĂ©rieusement le dĂ©roulĂ© de la grossesse. Alors, envisager ensuite un second bĂ©bĂ©, c’est raisonnable
 ou pas ? Pour la premiĂšre fois, une Ă©tude australienne a analysĂ© les risques.


Quand on souffre de lupus, la grossesse peut être problématique 

Pré éclampsie, hypertension gestationnelle, éclampsie, avortement spontané, prématurité, décès in utero…, sont quelques-unes des complications courantes de la maladie pendant la grossesse. Alors, face à ce constat, peut-on envisager sereinement d’avoir un second enfant, même si les complications obstétricales pendant la première grossesse ont été mineures, ou, au pire, si elles se sont soldées par le décès du bébé ?

Jusqu’ici, aucune étude ne s’était penchée sur cette question. D’où la perplexité parfois du corps médical devant les questions des patientes atteintes de cette pathologie. Mais, récemment, une équipe de chercheurs australiens a publié (ndlr, le 29 juin 2012) les résultats de la première étude évaluant l’incidence et la récurrence de la morbi-mortalité périnatale au cours d’une seconde grossesse chez les femmes atteintes de lupus.

 

Une étude encourageante !

Bonne nouvelle, il n’y a pas eu de décès maternels chez les femmes atteintes de lupus durant la période d’observation. Parmi les 675 patientes, 177 avaient eu une première grossesse. Pour 10 (5,6 %) d’entre elles, la première grossesse s’était soldée par un décès périnatal mais 9 d’entre elles (90 %) ont eu un enfant vivant à leur seconde grossesse et une seule a subi un avortement spontané à 14 semaines d’aménorrhée. Parmi ces 167 femmes qui avaient eu un premier enfant vivant, les issues de la seconde grossesse comprenaient pour 18 d’entre elles un avortement spontané, pour une seule d’entre elles un décès périnatal et pour les 148 restantes (89 %) un enfant vivant qui a pu rentrer à la maison sans séquelles.

Même si d’autres points restent à affiner notamment sur la question du traitement des femmes atteintes de lupus, cette étude donne déjà une approche positive de la pathologie pendant la grossesse : même en cas de complications pendant la grossesse comme la mort du fœtus, il est possible d’envisager une seconde grossesse avec 90% de chances d’avoir un enfant vivant !
 

3 choses à savoir sur le lupus eryrhémateux disséminé (LED)

1 – La maladie touche principalement des femmes jeunes. Cette pathologie affecte principalement les femmes entre 20 et 40 ans et doit son nom à l’apparition de lésions dermatologiques du visage en masque de loup, c’est-à-dire de la racine du nez vers les pommettes.

2 – L’origine de la pathologie a des causes diverses. La maladie a une origine génétique dans de nombreux cas, mais parfois c’est une infection avec le virus d’Epstein Barr (ndlr, herpès 4 à l’origine entre autre de la mononucléose…) qui peut jouer un rôle dans le déclenchement de la maladie ou encore une réaction à certains médicaments.

3 – Le diagnostic n’est pas facile. Les symptômes avant-coureurs ne sont guère spécifiques (fièvre, malaises, fatigue, douleurs musculaires) et le diagnostic de la maladie, avant l’apparition des lésions dermatologiques, peut donc être retardé. L’été est souvent la saison où apparaissent les premières poussées car l’exposition au soleil -et plus particulièrement aux rayons UV- est un facteur déclenchant.


Sources JIM – Shand AW et coll. : Second pregnancy outcomes for women with systemic lupus erythematosus. Ann Rheum Dis., 2012, publication avancée en ligne le 29 juin.

À lire absolument