Une femme tombe enceinte après une ablation des trompes

j'ai osé-faire enceinte-neuf mois

En 2015, Elizabeth Kough, une mère de trois enfants, fait une opération pour enlever ses trompes de Fallope : la salpingectomie. Le but : empêcher une potentielle grossesse.

Mais Elizabeth apprend en 2018 qu’elle est enceinte d’un quatrième enfant. La mère panique et s’imagine le pire : « au début je me suis dit que l’enfant était dans ma cavité abdominale mais par la suite on a appris qu’il était dans mon utérus, c’est-à-dire là où il devait être », explique-t-elle. Et c’est en Mars qu’elle accouche du petit Benjamin.

Les docteurs en essayant d’expliquer la situation établissent d’abord le fait que la salpingectomie a raté. Mais en étudiant les données médicales et en effectuant de nouveaux tests, il s’avère que l’opération est réussie. Alors comment Elizabeth a-t-elle pu devenir enceinte ?

Tout d’abord, quand une femme avec tous ses organes reproducteurs tombe enceinte, c’est parce qu’un ovule tombe de ses ovaires et est aspiré par les trompes de Fallope. Une fois à l’intérieur, les spermatozoïdes rencontrent l’ovule dans les trompes et le fécondent en zygote. De là, le zygote pénètre dans l’utérus par les trompes et se transforme en embryon. Pour une femme ayant fait une opération de ligature des trompes ou d’ablation des trompes, il est donc impossible de tomber enceinte « naturellement ».  Il faut recourir par un processus médical s’appelant la FIV, ou fécondation in vitro, qui permet d’éviter de passer par les trompes de Fallope.

Ce qui est étonnant chez Elizabeth est qu’elle a eu une grossesse « naturelle » après avoir effectué une opération d’ablation des trompes. La seule explication possible, est donc qu’il y ait une petite ouverture dans le tissu qui reliait les trompes de Fallope et l’utérus. « On espère que le tissu se referme durant l’opération mais pour certaines ce n’est pas le cas » analyse un spécialiste. Cette ouverture permet pour un sperme et un ovule de se rencontrer dans la cavité abdominale. Mais à côté de ça, il est très difficile d’établir comment l’embryon s’est formé.

Car oui, il est possible de tomber enceinte après avoir fait une opération d’ablation des trompes (même si c’est très rare) mais cela crée normalement des complications car l’embryon est hors de l’utérus. Ainsi pour évoluer et grandir sereinement, l’embryon doit retrouver son chemin vers l’utérus, ce qui est pratiquement impossible. S’il n’y arrive pas c’est une grossesse extra-utérine ou ectopique, qu’il faut interrompre de manière chirurgicale ou médicale car elle présente énormément de risques pour la femme.


En général, les femmes qui effectuent une opération d’ablation des trompes et qui tombent enceintes font donc une grossesse ectopique car l’embryon n’a pas la capacité de retourner vers l’utérus. Le cas d’Elizabeth est donc un miracle car tout d’abord le sperme a pu rejoindre l’ovule malgré une ablation des trompes de Fallope et en plus de ça l’embryon a su retourner vers l’utérus.

Ainsi, pour Elizabeth « Benjamin est un bébé très rare » et elle se sent « bénie » de l’avoir eu.