En train de lire
Enceinte, pourquoi a-t-on tant de drôles de fantasmes ?

Enceinte, pourquoi a-t-on tant de drôles de fantasmes ?

fantasmes-enceintes-neuf mois

Même si cela va à l’encontre de l’image maternelle que renvoie un ventre arrondi, la grossesse est l’occasion de libérer sa sexualité grâce aux fantasmes qui accompagnent souvent cette période de bouleversement hormonal. Les explications du Dr Sylvain Mimoun, gynécologue et sexologue sur ce phénomène assez étrange mais somme toute plutôt… jouissif, non ?

Les fantasmes sont-ils indispensables à la vie érotique ?

Un fantasme n’est que le chef d’orchestre de notre vie sexuelle qu’il peut ainsi stimuler. Dans une vie sexuelle trop routinière ou trop endormie, il glisse de la fantaisie, mais n’est viable que si les deux partenaires sont d’accord. Et c’est d’autant plus vrai pendant la grossesse, qui est une période où la vie intérieure, imaginaire, est très intense. Et au second trimestre de la grossesse où le couple n’est pas encore gêné par les modifications physiques et où la femme enceinte en a, en général, terminé avec les petits maux du premier trimestre qui limitent souvent sa libido.

Faut-il toujours révéler ses fantasmes à son conjoint surtout quand on est enceinte ?

Attention, pour certains hommes, l’image de la mère intouchable inhibe leur libido. Cela peut provoquer une crise dans le couple si leur compagne est au contraire très stimulée sur le plan sexuel. Alors, avant de se livrer, il faut être certaine que son compagnon vit bien cette soudaine frénésie sexuelle et ces fantaisies qui pimentent la relation. Mais, en général, les hommes sont plutôt contents de voir leurs compagnes si sensuelles !

Voir Aussi

Si un futur papa veut vivre ses fantasme alors que sa femme enceinte y est moins perceptive, que faire ?

Le principe d’un fantasme, c’est que le passage à l’acte ne doit pas devenir systématique. La femme enceinte doit se sentir libre de refuser, au titre de sa grossesse. En général, le futur père comprend. S’il y a une résistance, il faut en parler au gynécologue. Ou à la sage-femme qui peut recevoir le couple pour aborder le sujet.



Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire