Enceinte, consommer du cranberry est-il indiqué pour lutter contre les cystites ?

Durant la grossesse, les cystites sont souvent plus fréquentes. Mais le cranberry, généralement évoqué comme prévention, est-il conseillé aux futures mamans ? On fait le point sur Neuf Mois.

Souffre-t-on réellement plus de cystites quand on est enceinte ?

Il y a des facteurs favorisants : la baisse des défenses immunitaires, le poids de l’utérus qui gêne l’évacuation des urines, la prolifération des bactéries à l’entrée du vagin du fait d’une plus grande proximité avec la zone anale. Le diabète gestationnel génère quant à lui une augmentation de candida albicans (champignons), donc un risque de cystite. Il y a aussi la constipation, propice à la concentration des gènes pathogènes. La grossesse favorise enfin les portages de colibacilles (bactéries) dans les urines sans symptômes associés, d’où l’importance des test mensuels de dépistage par bandelette.

Quelles peuvent être les conséquences d’une cystite pendant la grossesse ?

Les cystites, chez la femme enceinte, sont associées à un risque de périnéphrite augmenté de 30%. Les conséquences ? Prématurité, mais aussi parfois mort in utero, petit poids de naissance ou encore inflammation de l’utérus après l’accouchement. Pendant la grossesse, le fœtus peut être contaminé par voie placentaire si la future maman n’est pas traitée pour son infection : dans ce cas, il naîtra avec une septicémie.


On parle beaucoup du cranberry en prévention contre d’éventuelles cystites : info ou intox ?

C’est en effet une alternative de prévention au bon dosage, soit 36 mg… Mais jamais pendant la grossesse ! Il n’y a en réalité pas de risque avéré, mais c’est un principe de précaution car il n’y a pas eu d’études sur les effets du cranberry pendant la grossesse. En revanche, après bébé, cela permet d’éviter le recours aux antibiotiques en prévenant les cystites. Mais il faut se limiter aux produits pharmaceutiques, correctement dosés, et maintenir le traitement pendant plusieurs mois. Et surtout toujours demander l’avis de son médecin qui saura vous orienter vers le bon traitement.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire