Chronique d’un accouchement programmé

Bon nombre de mamans débattent sur le « pour ou contre » d’un accouchement programmé. Il y a des cas où cela se justifie médicalement et d’autres, où cela « arrange » tout le monde ! Mais quelle que soit la situation, la décision de programmer un accouchement résulte exclusivement de l’avis d’un médecin dont l’objectif est de vous faire accoucher en provoquant le travail.

Décider de programmer l’accouchement

Le médecin qui décide de programmer l’accouchement de sa patiente a aussi pour responsabilité de rassembler quelques conditions. Il doit en effet s’assurer que le début de la grossesse est connu avec précision. Aucune contre-indication à l’accouchement par voie basse ne doit exister et le col doit être mûr. Sans faire le tour des nombreuses raisons médicales, l’accouchement avant terme peut être provoqué s’il y a un risque grave pour le bébé et/ou la mère. Il arrive également que le bébé se fasse attendre (au-delà de 41SA). L’accouchement est alors plus que nécessaire car le placenta vieillit et son rôle d’échange n’est plus optimum.

Programmer l’accouchement pour convenance personnelle

Les médecins ou les parents peuvent aussi faire le choix d’accoucher au moment qui leur semble le plus propice. Que ce soit pour optimiser les conditions médicales, organisationnelles ou psychologiques. Mais l’accouchement provoqué a mauvaise réputation à cause de ses raisons parfois fantaisistes : un « gygy » qui prend des vacances, un papa qui part en voyage, une superstition… Et parmi les bonnes raisons, on compte aussi des mamans angoissées qui craignent de se faire surprendre par l’accouchement et qui ont besoin de s’organiser pour être rassurées… Ou encore celles qui habitent à 50km de l’hôpital le plus proche et qui ne se réjouissent pas de parcourir cette distance en plein travail !

Protocole de déclenchement

La future maman entre la veille ou le matin même à l’hôpital. Les médecins utilisent de l’ocytocine. Le produit est injecté par intraveineuse et son débit augmente peu à peu jusqu’à l’obtention de contractions régulières. On peut également administrer à la future maman de la PGE2 (Prostine, Prepidil) par voie vaginale. La maman à jeun est placée sous monitoring et péridurale en attendant bébé. Le reste se fait tout naturellement !

Voir Aussi

Avantages et inconvénients d’un accouchement programmé

La sécurité de la mère et de l’enfant est améliorée. Le travail est surveillé dès le début et l’équipe médicale est prête à agir au moindre problème. Le déclenchement est devenu indispensable pour éviter les grossesses prolongées. Sur le plan pratique, la « zénitude » que cela implique est très appréciable. Vous pouvez prendre calmement vos affaires et vous rendre à l’hôpital sans panique. Jules peut s’organiser pour être présent et faire garder les autres bambins. Détail non négligeable : on ne vous refusera pas votre péridurale  ! Côté risques : la césarienne  est à envisager, les contractions sont plus intenses et l’accouchement est hyper-médicalisé.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire