Neuf Mois pour les sages-femmes 9Love - L'Eshop Grossesse

Notre baby reporter nous raconte le jour de sa naissance

Coucou ! Ouvrez bien grand les yeux pour lire ces quelques lignes car ça y est, je suis sorti ! Après 9 mois au chaud dans le ventre de maman, je dois bien dire que toute cette nouvelle agitation autour de moi m’a complètement perturbé. Parce que ma chef m’a demandé de vous raconter dans les moindres détails mon premier jour sur la planète Terre, voici le récit exclusif du premier jour du reste de ma vie. Séquence émotions garantie les copines !

Fini les vacances

« Chéri je crois bien que je perds les eaux. Prépare la voiture vite », voilà la phrase que je redoutais tant. Ces quelques mots m’avertirent que maman allait m’expulser dans peu temps de son ventre tout chaud. J’ai su alors que le premier jour du reste de ma vie allait bientôt commencer. Sage-femme, gynécologue, maman, papa, mamie, papy, tout ce petit monde allait bientôt entrer dans ma vie…. La question était de savoir si j’étais enfin prêt à affronter cette drôle de vie. « Je perds les eauxxx ! » Non. En fait, je n’ai semble-t-il plus le temps de réfléchir. En criant maman vient de me rappeler qu’il n’est plus l’heure de se poser des questions. Direction la maternité !

C’est l’heure de sortir

Rien ne va plus. Installée dans la salle d’accouchement, j’entends de très loin une voix… Ah mais c’est la  gynécologue. Elle explique à maman qu’il va falloir pousser… maintenant. Oups, ça glisse… A cet instant précis je vous assure que je ne comprends plus rien. Alors que je me tiens bien paisiblement dans mon nid, je sens que le liquide qui m’entoure s’en va, s’en va, encore et encore… Alors je glisse, je me cogne, je me tourne et me retourne, oh la la, rien ne va plus. Un énorme faisceau de lumière me perce les yeux. Alors je pleure, je pleure, je ne comprends plus ce qui ce passe quand soudain, je sens que l’on m’attrape. Non mais laissez-moi tranquille, je n’ai rien fait. J’ai beau pleurer de toute mes forces, le méchant gynéco refuse de me lâcher. Vous a-t-on déjà dit que c’est sacrément coriace un médecin ? Et bien moi aussi. Pas question de me laisser faire. Pourquoi ce n’est pas papa qui vient me chercher si je dois sortir ? Pourquoi elle ? Depuis le début je ne l’aime pas. Avoir entendu maman pleurer à cause d’elle ne me rassure pas. Mais elle est tellement plus costaud que moi que je n’ai plus le choix.

Fille ou garçon ?

Après avoir salué mon adversaire d’un « ouainnnnnnn », je me retrouve tout d’un coup sous les feux des projecteurs de la salle d’accouchement. « Félicitation c’est une fille ». Soulagement ! Maman et moi allons pouvoir faire du lèche-vitrine et m’habiller (c’est elle qui le dit) comme Kate Middleton. J’espère simplement que papa n’est pas trop déçu. Mais promis papounet, dès que je marche je me mets au basket…si tu me laisses faire les magasins. Tiens en parlant de papa, pourquoi ne puis-je pas entendre sa voix ? Elle m’est familière pourtant. Où est-il ? Avec mes yeux à demi clos je n’arrive pas à distinguer les silhouettes qui m’entourent. « Monsieur, monsieur, debout s’il vous plait. Ce n’est pas le moment de tomber dans les pommes. Votre fille est là ». La vue du cordon ombilical l’aurait-il effrayé ? Moi qui croyais que les garçons étaient forts et pouvaient tout affronter. Apparemment non.


Dans les bras de maman

Après que papa ait coupé le cordon (entouré par le personnel pour qu’il ne tombe pas à nouveau), je me retrouve lové dans les bras de ma petite maman. Je découvre enfin ses grands yeux émerveillés, remplis de larme. Elle aussi attendait ce jour-là avec impatience. Je me sens bien. Je me sens rassurée. Elle est jolie en plus maman. Fatiguée, décoiffée mais tellement jolie. Il ne fait peut-être pas aussi chaud que dans son ventre mais qu’est-ce qu’on est bien dans ses bras. Je me sens en sécurité. A partir d’aujourd’hui je ne veux plus la quitter. C’est le plus beau jour du reste de ma vie. Moi, maman et papa. Qu’il est doux de découvrir les gens qui nous ont tant attendu, qu’il est bon de voir maman sourire après tout ce que je lui ai fait enduré. « Drinngggg ». Oh mais quel est cet affreux bruit ? Ah oui c’est le téléphone. « Allô oui », répond papa. « Oui oui c’est bon, vous allez pouvoir venir. Elle est magnifique ». Aie, serait-ce le début des ennuis qui commence ? En effet, il est grand temps de découvrir le reste de toute la petite famille. J’ai intérêt à bien me reposer car mes prochaines siestes risquent d’être compromises. Emploi du temps de ministre oblige les amies !

Désolé les copines, il va être l’heure du roupillon pour être en forme demain. Il est temps de terminer ce premier jour du reste de ma vie en beauté, dans les bras de maman.
 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire