Quel est le rôle d’une sage-femme pendant la grossesse ?

Présente tant sur le plan médical que psychologique, de votre entrée à la maternité jusqu’à la naissance de bébé, la sage-femme est là pour vous accompagner et vous soutenir dans les bons comme dans les mauvais moments. Diane, sage-femme passionnée et amoureuse de son métier, nous explique son travail avant, pendant et après l’accouchement….

Quelles sont les missions d’une sage femme ?

Ma mission essentielle est de prendre en charge le couple père-mère-enfant, de la conception aux premiers mois du bébé. Cela passe par le suivi de la grossesse, le dépistage des situations à risque, l’accouchement, les soins de la mère et du nouveau-né, puis le retour au domicile. Contrairement aux médecins spécialistes de la pathologie, nous nous sommes plutôt des spécialistes de la physiologie.

Quel est votre rôle avant l’accouchement ?

J’assure la prise en charge globale (médicale et psychologique) des femmes enceintes lorsque la grossesse est normale. Cela débute par une  déclaration de grossesse puis un entretien prénatal précoce. S’en suit alors toutes les consultations y compris les prescriptions, l’interprétation des examens biologiques, des échographies… ainsi que les cours de préparation à la naissance. Lorsque la grossesse est à risque, ce suivi se fait conjointement avec le médecin. Il arrive que la femme enceinte développe certaines pathologies comme une menace d’accouchement prématuré, de l’hypertension, du diabète… Tout cela nécessite alors un traitement particulier et un suivi rapproché.

Puis vous restez auprès de la maman pendant et après l’accouchement ?

Oui. Dans le secteur public, la sage-femme a la responsabilité du déroulement de l’accouchement normal en salle de naissance, depuis le début du travail jusqu’à la sortie. C’est elle aussi qui effectue l’examen et les soins au nouveau-né. En résumé si l’accouchement se passe bien, la femme enceinte ne voit que la sage-femme et l’anesthésiste si elle souhaite une péridurale. Dans le secteur privé, les sages-femmes travaillent avec des gynécologues. Elles assurent le suivi du travail puis appellent les médecins qui se déplacent pour faire l’accouchement même s’il est physiologique. L’examen du nouveau-né est ensuite réalisé par les pédiatres. Cette répartition des rôles est une simple question d’honoraires… !

Durant le séjour à la maternité la sage-femme prend en charge le trio père-mère-enfant. Elle vérifie le bon déroulement des premiers jours de vie du bébé, aide les mamans pour le bon déroulement de l’allaitement et veille au bon rétablissement de la femme. Elle assure la consultation post-natale, la rééducation périnéale et peut prescrire une contraception en post-partum.

On peut dire que la sage-femme est multi-tâches : il y a un véritable lien qui se crée avec la maman…

C’est un lien difficile à expliquer, situé à mi-chemin entre l’amitié et la maternité. En entrant dans l’intimité de la mère, je deviens une confidente. Je suis là pour l’écouter comme le ferait sa meilleure amie, pour la rassurer et la câliner comme le ferait une mère, surtout pendant la pose de la péridurale où je la tiens dans mes bras. Mon autre facette est celle du professionnel médical qui intervient tout au long de la prise en charge. Difficile de l’oublier vu que je porte une blouse rose !


Vous êtes d’un soutien sans faille en fait ?

Devenir parent est un bouleversement. Je noue une relation particulière très particulière avec la femme enceinte. Je travaille en salle de naissance et je suis confrontée chaque jour à des émotions très fortes. J’essaie donc de faire preuve de soutien et de disponibilité pour répondre aux interrogations des parents, pas toujours évident quand la charge de travail est importante. Puis, dans les situations compliquées il faut faire preuve de tact et d’empathie pour diminuer le stress des parents. Être rassurante n’est pas toujours facile !

Quel est votre plus beau souvenir ?

Il fait partie de mes premiers accouchements en tant que jeune sage-femme diplômée. Il s’agit d’un couple qui a réussi à avoir un enfant après 11 ans d’infertilité. Les parents étaient très angoissés à l’idée de la moindre complication pendant le travail… Finalement, l’accouchement s’est très bien passé et la maman passe me voir à la clinique deux fois par an avec sa fille. La voir grandir est un vrai bonheur !

 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire