Neufmois.fr » La CommunautĂ© » TĂ©moignage » « Un dĂ©but de grossesse angoissant »

« Un début de grossesse angoissant »

Johanna enceinte de 8 mois et demi.

Mon mari et moi avons eu beaucoup de chance, je suis tombĂ©e enceinte dĂšs le premier essai ! Enfin, Ă  vrai dire avant mĂȘme d’avoir essayĂ©. Nous avions dĂ©cidĂ© d’attendre d’ĂȘtre mariĂ©s pour commencer les essais, et nous avons tenu parole… En effet nous nous sommes mariĂ©s le 9 juillet 2005 et le gynĂ©co a estimĂ© la date de fĂ©condation au 9 juillet 2005. Incroyable ! Alors que je craignais d’avoir du mal Ă  tomber enceinte car pas mal d’amies autour de moi avaient des difficultĂ©s, notre bĂ©bĂ© est arrivĂ© du premier coup ! Nous Ă©tions fous de joie ! Nous avons tout de mĂȘme dĂ©cidĂ© de garder cette nouvelle pour nous et de ne rien dĂ©voiler Ă  personne par superstition.
Quelques jours aprĂšs, je rentre du travail et je m’aperçois que je perds un petit peu de sang. Pour moi c’est l’affolement total parce que j’assimile le sang Ă  la fausse couche! PaniquĂ©e j’appelle mon gynĂ©co qui accepte de me recevoir immĂ©diatement. Il m’explique calmement qu’il y a deux possibilitĂ©s. Soit ce n’est rien, des petits saignement peuvent arriver en dĂ©but de grossesse sans avoir de consĂ©quences, soit cela veut dire qu’il y a quelque chose qui ne va pas et comme la nature fait bien son travail mon corps va rejeter cette grossesse et je vais faire une fausse couche. Dur Ă  entendre ! Je ne peux retenir mes larmes dans son cabinet. C’est pile ou face quoi ! Il me demande d’attendre pour voir ce qui se passe. Dans l’immĂ©diat, il ne peut rien faire pour moi. Voyant que cette solution ne me convient pas, il me propose une prise de sang Ă  48h d’intervalle pour mesurer le taux d’hormones de grossesse. Si en deux jours le taux augmente, c’est bon la grossesse Ă©volue toujours. Si au contraire le taux baisse alors je vais perdre le bĂ©bĂ©.
Je vais immĂ©diatement faire cette premiĂšre prise de sang en sortant du cabinet. Heureusement mon mari est avec moi et il me soutient car je suis effondrĂ©e. Au fond de moi j’avais dĂ©jĂ  imaginĂ© l’avenir avec notre bĂ©bĂ© et je ne pouvais pas penser au pire, je voulais y croire.
Pendant ces deux jours l’inquiĂ©tude Ă©tait au menu Ă  la maison. Nous avons parlĂ© Ă  notre petit bĂ©bĂ© qui Ă©tait alors encore plus petit qu’un grain de riz. Nous lui disions de s’accrocher, de tenir car nous l’aimions dĂ©jĂ  et nous l’attendions.

L’anecdote qui marque
Pour la deuxiĂšme prise de sang, j’ai appelĂ© le labo pour avoir des rĂ©sultats, mais j’Ă©tais trop pressĂ©e. Les rĂ©sultats n’Ă©taient pas encore prĂȘts. L’attente Ă©tait insupportable. Enfin, le laborantin me dit « oui j’ai vos rĂ©sultats ». Mon coeur bat Ă  mille Ă  l’heure et mes mains tremblent. »C’est ok, le taux d’hormones de grossesse a bien augmentĂ© » !
Ouf ! Quel soulagement ! J’ai raccrochĂ© et mon mari et moi nous avons pleurĂ© dans les bras l’un de l’autre. BĂ©bĂ© s’accrochait, quel bonheur ! Nous savions que rien n’Ă©tait gagnĂ© et nous avons compris Ă  quel point ce petit ĂȘtre Ă©tait fragile. Il faut donc rester sur ses gardes et ne pas trop s’emballer.
Heureusement pour nous, la grossesse a continuĂ© Ă  bien se dĂ©rouler. L’Ă©chographie qui a suivi nous a entiĂšrement rassurĂ©s. Nous l’avons vu lĂ , sur l’Ă©cran notre bĂ©bĂ© Ă©tait bien vivant !

Le conseil de Johanna
Les mois ont passĂ© avec les hauts et les bas liĂ©s Ă  la grossesse. Mon ventre s’est arrondi.
Aujourd’hui, nous attendons une petite fille pour le dĂ©but du mois d’avril. Nous avons hĂąte de la rencontrer, je me sens Ă©panouie en ce dernier mois, et je crois que plus tard je vais penser Ă  ma grossesse avec un peu de nostalgie car porter la vie en soi est vraiment une expĂ©rience incomparable.

À lire absolument