Neufmois.fr » La CommunautĂ© » TĂ©moignage » Que du bonheur et beaucoup de contrariĂ©tĂ©s pour rien !

Que du bonheur et beaucoup de contrariétés pour rien !

VoilĂ , donc cela fait cinq ans que nous dĂ©cidons d’avoir un bĂ©bĂ©, mon mari et moi. J’ai 23 ans et lui 26. Mais dĂšs qu’on s’est rencontrĂ© le premier jour, on s’est dit qu’on Ă©tait fait l’un pour l’autre. L’envie d’un bĂ©bĂ© est venue de lui dĂšs le dĂ©part.

C’est vrai que je n’avais que 18 ans, mais je savais qu’il Ă©tait l’homme de ma vie et que j’aurais fait n’importe quoi pour lui offrir ce qu’il voulait. La grossesse a par contre Ă©tĂ© un parcours du combattant. C’est-Ă -dire, trois ans d’attente
 Puis nous avons dĂ©cidĂ© de rencontrer le personnel de la PMA qui nous a conseillĂ©s de faire divers examens. C’est vrai que pour mon mari cela a Ă©tĂ© dur car il a fallu qu’il fasse beaucoup de spermogrammes. Mais bon, il savait que c’Ă©tait pour une trĂšs bonne cause.

Quant Ă  moi, je n’avais pas de glaire, Ă  cause d’une opĂ©ration des ovaires, donc je n’arrivais pas Ă  procrĂ©er. Nous avons fait pratiquement tous les examens sans compter les prises de sang que je devais faire tous les matins pour contrĂŽler mon taux d’oestradiol ainsi que deux piqĂ»res chaque soir, pendant un mois, dans le ventre. C’est vrai qu’au dĂ©but cela n’Ă©tait pas plaisant du tout car cela faisait hyper mal, mais on savait que c’Ă©tait pour une belle raison.

AprĂšs nous avons eu un rendez-vous pour la ponction des ovocytes : on m’en a prĂ©levĂ© six. J’ai appelĂ© le gynĂ©co deux jours plus tard pour savoir ce qu’il en Ă©tait car mon mari entre-temps avait fait un recueil de sperme afin de pouvoir en faire des embryons. Le gynĂ©co m’a alors dit que j’avais au total quatre embryons dont trois de trĂšs bonne qualitĂ© et un seul de mauvaise qualitĂ©. De plus, il m’avait donnĂ© rendez-vous deux jours aprĂšs afin de faire un transfert d’embryon. Mon mari et moi-mĂȘme avions dĂ©cidĂ© d’en mettre deux au cas oĂč le premier ne survivait pas.

J’ai dĂ» me reposer et au bout de 11 jours, j’ai fait une prise de sang et lĂ  stupĂ©faction ! J’étais enceinte ! Mon mari n’y croyait pas ! Il Ă©tait tellement fou de joie qu’il m’a arrachĂ© la feuille des mains et il est allĂ© voir l’infirmiĂšre pour lui demander si j’étais rĂ©ellement enceinte. On Ă©tait tellement heureux qu’on voyait dĂ©jĂ  notre bĂ©bĂ© Ă  la naissance.

Une semaine plus tard, nous devions refaire un test pour voir si les rĂ©sultats continuaient d’augmenter ou alors diminuaient, mais finalement ils sont montĂ©s Ă  plus de 2700. Voyant ce rĂ©sultat, le gynĂ©co m’a demandĂ© de venir pour faire une Ă©cho et lĂ , seconde surprise, on voit deux sacs embryonnaires. Et oui ! On attend des jumeaux. A l’examen du troisiĂšme mois, on a pris peur car on nous a annoncĂ© qu’un bĂ©bĂ© Ă©tait peut-ĂȘtre trisomique car sa clartĂ© Ă©tait trop Ă©paisse et qu’il se peut qu’il me fasse faire une interruption de grossesse sur l’un des petits.

Mon gynĂ©co avait pris le rendez-vous pour le 1er dĂ©cembre pour les examens. J’ai subi deux amniocentĂšses, vu que les bĂ©bĂ©s ne sont pas dans la mĂȘme poche. Puis, on m’a prĂ©venue que je devrais attendre trois semaines. Je peux vous dire que c’Ă©tait extrĂȘmement long d’attendre, surtout quand vous voyez les fĂȘtes de NoĂ«l et du nouvel an arriver et que vous ne savez toujours rien.

Je tĂ©lĂ©phone donc au cabinet et je tombe sur une boĂźte vocale disant de rappeler le trois janvier. Je rappelle et lĂ  je demande Ă  avoir les rĂ©sultats de l’amniocentĂšse. On me dit qu’il n’y a rien mais qu’ils peuvent me donner les sexes des bĂ©bĂ©s si je le dĂ©sire. Evidemment que je n’ai pas dit non.

Du coup, j’attends mon rendez-vous du lundi 22 janvier. Finalement, nous attendons deux petits mecs en pleine santĂ©. Que du bonheur et beaucoup de contrariĂ©tĂ©s pour rien.

À lire absolument