Neufmois.fr » La CommunautĂ© » TĂ©moignage » « Panique dans la salle de travail ! »

« Panique dans la salle de travail ! »

Eva, maman d’un petit Marlone ĂągĂ© de 6 mois a accouchĂ© six jours aprĂšs terme. Quelques surprises, un accouchement tulmutueux
 Au final un bĂ©bĂ© en pleine forme !

Ma grossesse s’est trĂšs bien passĂ©e, je n’ai pas eu de problĂšmes particuliers, je me suis bien fait plaisir, j’ai pris 25 kilos ! Comme cours de prĂ©paration Ă  l’accouchement, nous avons dĂ©cidĂ©, mon mari et moi de tester l’haptonomie. Notre bĂ©bĂ© a tellement apprĂ©ciĂ© qu’il n’a pointĂ© son nez que six jours aprĂšs le jour J. La derniĂšre semaine Ă©tait d’autant plus Ă©prouvante que je me rendais Ă  la maternitĂ© tous les jours pour faire les examens et entendre le mĂȘme discours : « eh non, ça ne sera pas pour aujourd’hui ! ».

Une petite coupe de cheveux qui a fait peur !
Enfin, le rendez-vous est pris pour la maternitĂ© Ă  7h le lundi suivant. Je me lĂšve Ă  6h pour prendre ma douche, puis une fois devant la glace, mes cheveux en pĂ©tard m’énervaient tant – car je ne supporte pas d’ĂȘtre mal coiffĂ©e – que j’ai dĂ©cidĂ© de couper les mĂšches rebelles. ArrivĂ©e Ă  la maternitĂ©, les premiĂšres contractions sont arrivĂ©es, tellement violentes qu’elles Ă©taient incontrĂŽlables ! Pour me dĂ©contracter, mon mari me caressa les cheveux et se retrouva tout d’un coup avec des mĂšches dans les mains. Il se dĂ©composa littĂ©ralement car il ne comprenait pas du tout ce qui se passait ! Je n’avais pas encore eu le temps de dire que je m’étais coupĂ© les cheveux. La sage-femme Ă©tait dans le mĂȘme Ă©tat que mon mari. En quelques secondes, c’Ă©tait la panique ! Jusqu’au moment oĂč j’ai rĂ©ussi Ă  dire ce que j’avais fait de mes cheveux et lĂ , la tension est retombĂ©e en quelques secondes, l’atmosphĂšre s’est un peu plus dĂ©tendue.

De l’imprĂ©vu !
J’ai perdu les eaux peu de temps aprĂšs ĂȘtre arrivĂ©e Ă  la maternitĂ©, c’est-Ă -dire vers 7h30, et le col Ă©tait dĂ©jĂ  ouvert Ă  trois cm. Je ne voulais pas de pĂ©ridurale, pas d’épisiotomie, bref, je voulais un accouchement classique ! Mais rien ne s’est passĂ© comme prĂ©vu. Les douleurs Ă©taient tellement fortes que j’ai fini par accepter la pĂ©ridurale vers 11h. A 14h, la sage-femme m’annonce que le moment est venu. Dans la salle de travail, mon petit bout avait la tĂȘte mal placĂ©e et ne descendait pas car il Ă©tait bloquĂ© au niveau du pubis. J’ai essayĂ© de pousser aussi fort que j’ai pu pour Ă©viter l’épisiotomie et d’ailleurs mon pĂ©rinĂ©e s’en souvient encore ! Mais il devenait urgent de sortir bĂ©bĂ©. Pas le temps de comprendre ce qui se passait, j’ai Ă©tĂ© mise sur le dos, les fesses relevĂ©es, on a commencĂ© a appuyer sur mon ventre et les ventouses ont enfin rĂ©ussi Ă  extraire mon petit garçon ! Cela fait un drĂŽle d’effet lorsque le personnel soignant vous enlĂšve votre bĂ©bĂ© Ă  l’aide de ventouses. J’avais l’impression que l’on m’enlevait mes boyaux, mes os, bref que l’on me « vidait » !

Coup de blues

A peine posĂ© sur mon ventre qu’ils l’emmenaient dĂ©jĂ  faire des examens et contrĂŽler sa fiĂšvre. Pour couronner le tout, je n’ai pas eu de chambre : elles Ă©taient toutes prises ! Cet aprĂšs-midi, plusieurs femmes ont accouchĂ© en mĂȘme temps, si bien que l’on m’a improvisĂ© une petite chambre dans la salle de travail jusqu’à 23h ! Etant dynamique et positive, mĂȘme si l’accouchement n’a pas Ă©tĂ© facile, je n’ai pas eu de traumatisme particulier Ă  part un gros coup de blues de deux jours aprĂšs ĂȘtre sortie de la maternitĂ©. Les sages-femmes Ă©taient trĂšs Ă  l’écoute et le principal Ă©tait que mon bĂ©bĂ© soit lĂ  en bonne santĂ© ! Le petit souvenir en plus que j’ai gardĂ©, c’est l’enregistrement du battement de cƓur de mon fils sur mon portable !

Petit conseil Ă  toutes les futures mamans : se laisser aider, mĂȘme si on se dit que l’on est capable de tout gĂ©rer, il n’empĂȘche qu’on se retrouve vite complĂštement dĂ©bordĂ©e ! Pour ma part, j’étais bien heureuse que ma famille vienne nous donner un coup de main, rien que pour le linge, les courses
c’est Ă  la fois rassurant et surtout moins fatigant !

À lire absolument