Neufmois.fr » La CommunautĂ© » TĂ©moignage » J’en veux d’autres mais j’avoue que j’ai peur…

J’en veux d’autres mais j’avoue que j’ai peur…

AprĂšs de trĂšs longs mois d’attente et une FIV, je suis enfin enceinte. Quel bonheur ! Moi qui ai tant pleurĂ© et tant redoutĂ© de ne jamais ĂȘtre maman, je vais enfin donner la vie ! Je me dis qu’avec tout ce que j’ai endurĂ©, j’ai bien droit Ă  une grossesse sereine. C’est ce qui se produit… enfin, les premiers mois. Aucune nausĂ©e, un peu de fatigue, mais sans plus. Tout va bien.

Puis, Ă  la deuxiĂšme Ă©cho, le gynĂ©co me dit que le placenta est un peu bas mais qu’il peut encore remonter… On verra Ă  la troisiĂšme Ă©cho… DeuxiĂšme petit problĂšme, des dĂ©mangeaisons au cours du sixiĂšme mois, mais aprĂšs vĂ©rification, au niveau sanguin, rien de grave. Ouf ! Les dĂ©mangeaisons disparaissent et je peux souffler. Arrive la troisiĂšme Ă©cho et lĂ , mon placenta est toujours aussi bas. Le gynĂ©co m’annonce que je risque d’ĂȘtre hospitalisĂ©e mais pas tout de suite et surtout, que j’aurai une cĂ©sarienne… Je me fais une raison, c’est pour le bien de mon bĂ©bĂ©. Mais voilĂ  que les dĂ©mangeaisons rĂ©apparaissent et cette fois le bilan sanguin n’est pas bon du tout ! Je dois aller passer des examens complĂ©mentaires Ă  la maternitĂ© pendant quelques jours… Mais ils ne me laisseront jamais ressortir. J’ai une Cholestase gravidique et il faut 3 monitos par jour, en plus des prises de sang rĂ©guliĂšres. Et puis, le placenta praevia les inquiĂšte plus que mon gynĂ©co… LĂ , tout s’Ă©croule. J’ai peur pour mon bĂ©bĂ©, les diffĂ©rents mĂ©decins que je vois ne tiennent pas le mĂȘme discours, on m’accorde une permission de sortie d’une journĂ©e (le jour de mon anniversaire), puis on me la retire le matin mĂȘme (trop risquĂ© selon le mĂ©decin de garde ce jour-lĂ )… Tout va mal mais j’essaie de tenir le coup en visant les 36 semaines de grossesse. J’en atteints 34, c’est dĂ©jĂ  une victoire. Mon bĂ©bĂ© ne sera pas un grand prĂ©maturĂ© !

Plus que deux semaines Ă  tenir et tout ira bien… Mais non, Ă  34 semaines et demi, le chef de service m’annonce que la cĂ©sarienne est programmĂ©e pour le lendemain car mon bilan sanguin est trop perturbĂ© et cela devient trop risquĂ©…Tout s’Ă©croule Ă  nouveau ! Mon bĂ©bĂ© est trop petit, je veux qu’il grandisse encore, je ne veux pas qu’il aille en nĂ©onat’… Mais je n’ai pas le choix. Dernier coup du sort, mon placenta est recouvrant. Il faudra le dĂ©coller avant d’atteindre le bĂ©bĂ©. Il faudra faire vite et surtout Ă©viter l’hĂ©morragie au risque de devoir me transfuser et surtout de me retirer l’utĂ©rus, donc de ne plus pouvoir avoir d’enfant… Mais le mĂ©decin me rassure. Il l’a dĂ©jĂ  fait, ça se passera bien… Ca y est, c’est le jour J. La cĂ©sarienne se passe bien, et mon bĂ©bĂ© crie tout de suite. On me le montre avant de l’emmener (j’ai juste le temps de leur rappeler d’aller chercher le papa qui attend dans le couloir !). Et puis, aprĂšs mon retour en salle de rĂ©veil, miracle : mon bĂ©bĂ© va bien et j’ai le droit de le prendre dans mes bras pendant de longues minutes (environ 20, quel bonheur !). Il pĂšse 2 kg et mesure 45 cm mais s’en sort comme un chef. Puis c’est le passage en nĂ©onat’. DĂšs le lendemain de sa naissance, je demande Ă  la pĂ©diatre combien de temps il restera… Elle me rĂ©pond qu’elle ne peut pas ĂȘtre sĂ»re mais au moins 15 jours. Je rentrerai donc sans lui… Mais au bout de 5 jours, il quitte la couveuse pour un petit lit. Toujours en nĂ©onat’ mais c’est un super progrĂšs. Et le huitiĂšme jour, la pĂ©diatre me dit : « Vous allez pouvoir le ramener avec vous Ă  la maternitĂ© et il rentrera en mĂȘme temps que vous Ă  la maison ! » Un deuxiĂšme miracle ! Tout ça n’a pas Ă©tĂ© facile Ă  vivre (j’ai encore la gorge serrĂ©e en Ă©crivant ce tĂ©moignage…) mais mon bĂ©bĂ© est lĂ , en bonne santĂ© et je suis la plus heureuse des mamans. J’en veux d’autres mais j’avoue que j’ai peur…

Laure, 28 ans
Maman de Sixte, 3 mois et demi

À lire absolument

Laisser un commentaire