Neufmois.fr » La CommunautĂ© » TĂ©moignage » « J’ai vaincu ma peur de l’accouchement »

« J’ai vaincu ma peur de l’accouchement »

Karine 28 ans, maman de Romain un mois et demi.

Depuis mon adolescence j’avais toujours dĂ©crĂ©tĂ© que je n’aurais jamais d’enfants. J’avais une phobie du milieu mĂ©dical et je pensais que cette peur ne me permettrait jamais de donner la vie Ă  un petit ĂȘtre.
Heureusement j’ai rencontrĂ© l’homme avec qui j’ai vaincu petit Ă  petit ma peur. Ça faisait trois ans que son dĂ©sir de paternitĂ© grandissait. En prĂ©sence d’enfants, il Ă©tait gaga ! Finalement, Ă  force de persuasion, il a dĂ©clenchĂ© en moi l’envie de dĂ©couvrir les joies de la maternitĂ© et de donner la vie. Il m’a convaincue de ne pas laisser mes peurs prendre le dessus.
En mars dernier, je suis tombĂ©e enceinte. Bien Ă©videmment mes craintes ont refait surface : piqĂ»res, anesthĂ©sie, douleurs, cĂ©sarienne… Tous ces mots me faisaient douter.
Finalement j’ai dĂ©cidĂ© de prendre le taureau par les cornes et de ne pas gĂącher ma grossesse.
Le premier trimestre a Ă©tĂ© synonyme de nausĂ©es, fatigue et perte de poids. Puis j’ai su que j’attendais un petit garçon ! Et voir mon ventre qui grossissait, c’était l’épanouissement total. Tout le monde Ă©tait attentionnĂ© Ă  mon Ă©gard : c’Ă©tait super !
Évidemment j’ai eu droit Ă  toutes les expĂ©riences de mes collĂšgues, amies et famille. Je n’ai pris que le positif pour ne pas me laisser envahir par une multitude de questions. Je les rĂ©servais Ă  ma mĂšre, ma gynĂ©cologue ou encore Ă  la sage-femme pendant les cours de prĂ©paration Ă  l’accouchement qui m’ont Ă©tĂ© trĂšs utiles tant physiquement que psychologiquement.
Les trois derniers mois, l’impatience de voir la petite bouille de mon bĂ©bĂ©, que je sentais en moi, grandissait chaque jour.
Le jour « J » je me suis surprise Ă  gĂ©rer l’Ă©vĂšnement avec beaucoup de calme. Toutes mes peurs ont disparu pour ne laisser place qu’Ă  la joie de donner la vie. Lorsque la sage-femme a posĂ© Romain sur moi, j’ai pleurĂ© Ă  chaudes larmes en rĂ©alisant que c’Ă©tait la plus jolie chose que la vie m’avait offerte.

Anecdote qui marque
Jusqu’Ă  la derniĂšre minute, je ne savais pas si ma gynĂ©cologue serait lĂ  pour l’accouchement, et rencontrer un mĂ©decin que je ne connaissais pas, Ă©tait une situation angoissante. Heureusement, elle est arrivĂ©e et a dĂ©tendu l’atmosphĂšre en rigolant avec mon compagnon. Elle lui a demandĂ© d’ĂȘtre son assistant en annonçant que le bĂ©bĂ© serait lĂ  dans la demi-heure. A ce moment-lĂ , j’ai ressenti une grande joie et un grand soulagement : je n’allais pas subir de cĂ©sarienne, mon autre grande crainte !

Le conseil de Karine
Il ne faut surtout pas se laisser submerger par les conseils des uns ou des autres, car tous les accouchements sont diffĂ©rents. Nous avons la chance d’ĂȘtre trĂšs bien entourĂ©es pendant notre grossesse, c’est pourquoi il ne faut pas hĂ©siter Ă  poser des questions aux personnes qualifiĂ©es. J’espĂšre avoir prouvĂ© que la peur peut ĂȘtre combattue. Si c’Ă©tait Ă  refaire et bien je le referais !

À lire absolument

Laisser un commentaire