Neufmois.fr » La CommunautĂ© » TĂ©moignage » DĂ©collement du placenta, j’ai eu trĂšs peur pour mon bĂ©bĂ© !

DĂ©collement du placenta, j’ai eu trĂšs peur pour mon bĂ©bĂ© !

Bonjour Ă  toutes !

Moi, je voulais tĂ©moigner car je suis passĂ©e par des Ă©preuves qui ont Ă©tĂ© dures, mais pas pour le gynĂ©co, semble-t-il, qui lui Ă©tait tout Ă  fait serein. Je devrais logiquement accoucher le 11 octobre 2007. Mais le 11 fĂ©vrier, tout a basculĂ©. Je me suis mise Ă  saigner, je croyais bien Ă  une fausse couche. Donc la panique Ă  bord, j’appelle la clinique et je demande Ă  parler Ă  une sage-femme, qui elle me dit de m’allonger et de rappeler dans l’aprĂšs-midi si je saigne toujours.
C’est donc ce que j’ai fait et elle m’a ensuite dit d’appeler le lendemain pour un rendez-vous pour une Ă©chographie.

Le lundi 12, j’appelle l’Ă©chographe et il me dit de venir dĂšs que je serais prĂȘte. A la clinique, l’Ă©chographe commence l’examen. Mon bĂ©bĂ© est toujours lĂ , mais elle me demande de rester allongĂ©e et d’attendre le gynĂ©co. J’ai un dĂ©collement du placenta. Je vois mon gynĂ©co peu aprĂšs et lui me donne des Spasfons. Interdiction pour moi de conduire et obligation de prendre beaucoup de repos; donc plus de promenade ! Pas Ă©vident pour moi qui ne reste pas en place. Mais j’ai toujours des saignements le mois suivant et le gynĂ©co me recommande de rester allongĂ©e un maximum.

Quelques jours plus tard, j’ai des douleurs au ventre, donc j’appelle l’Ă©chographe. Elle me donne rendez-vous l’aprĂšs-midi Ă  son cabinet pour une Ă©chographie supplĂ©mentaire. RĂ©sultat des courses : j’avais deux poches, l’une est partie, mais je ne risque, selon elle, rien. Alors, je rentre chez moi, je m’allonge et mon chĂ©ri se met Ă  cĂŽtĂ© de moi. Peu aprĂšs, alors que je suis seule- mon chĂ©ri est allĂ© chercher notre premier Ă  l’Ă©cole- c’est l’hĂ©catombe : je me vide de mon sang. J’ai tellement peur et j’essaie de joindre mon chĂ©ri sans y parvenir. Heureusement, ma mĂšre arrive. Je suis soulagĂ©e de la voir, mais ma mĂšre, elle, panique car elle croit que je perds mon bĂ©bĂ©. Je me sens coupable de ne pas avoir assez fait attention, et lĂ  je craque et fonds en larmes.

J’appelle la clinique et on me dit de venir tout de suite. Le gynĂ©co de garde me dit que mon bĂ©bĂ© est toujours lĂ , et que ce serait un hĂ©matome qui aurait percĂ©, car mon sang Ă©tait rouge-noir, mais que par prĂ©caution il me donnerait des mĂ©dicaments pour arrĂȘter l’hĂ©morragie. Il me dit de ne pas m’inquiĂ©ter, mais que j’aurai des caillots de sang. Quelques jours plus tard, je passe une Ă©chographie de contrĂŽle car bien sĂ»r je saignais encore. Toujours les mĂȘmes consignes, les mĂ©dicaments et du repos jusqu’Ă  ce que les saignements s’arrĂȘtent surtout, car cela devenait dangereux pour BĂ©bĂ© et moi. Mon utĂ©rus devait rester le plus immobile possible, d’oĂč le besoin de rester allongĂ©.
Mes journĂ©es Ă©taient longues et mon premier ne comprenait pas pourquoi je n’allais plus le chercher Ă  l’Ă©cole, pourquoi je ne pouvais plus le porter. Il me voyait souvent pleurer, car j’en avais assez de ne pas pouvoir m’occuper de lui. Il m’aidait pour prendre ma douche et pourtant il n’a que cinq ans. C’est un ange et c’est pour lui et pour celle que j’ai dans le ventre que je me battais autant.

DĂ©but juin, je passe une Ă©chographie pour vĂ©rifier que tout va bien car je ne saignais plus. Oufffff !! Je vois mon gynĂ©co juste aprĂšs, et il me lance, « Vous voyez que vous y ĂȘtes arrivĂ©e. Ce n’Ă©tait pas si dur ». Ce n’Ă©tait pas dur pour lui, mais pour moi, ça a Ă©tĂ© atroce. Mais bon, maintenant ce n’est qu’un mauvais souvenir et je suis enceinte de neuf mois. Il me tarde d’accoucher car je ne supporte plus les dĂ©charges Ă©lectriques dans le vagin (on m’a dit que quand on a ces dĂ©charges, c’est que l’arrivĂ©e du bĂ©bĂ© n’est loin).

Alors les filles, battez-vous, ça en vaut la peine car Ă  la fin, on a le bĂ©bĂ© dans ses bras et rien n’est plus beau que ça.

Ayez la force en vous. Bisous Ă  toutes celles qui liront.

À lire absolument

Laisser un commentaire