Neufmois.fr » La CommunautĂ© » TĂ©moignage » « Ă‡a reste le plus beau jour de notre vie… »

« Ă‡a reste le plus beau jour de notre vie… »

L‘arrivĂ©e de notre bĂ©bĂ© Ă©tait proche, enfin on le croyait ! J’Ă©tais attendue Ă  la maternitĂ© le vendredi matin pour effectuer un dĂ©clenchement. Mais rien de trĂšs rĂ©jouissant puisque aucune contraction n’est arrivĂ©e ! Le bĂ©bĂ© a mis du temps avant de montrer le bout de son nez, puisqu’il est arrivĂ© seulement le samedi Ă  midi.

Le bĂ©bĂ© est arrivĂ© seul. La perte des eaux dans la nuit Ă  04h30. Ce fut un rĂ©veil trĂšs diffĂ©rent des autres, j’ai entendu comme un ballon qu’on crevait, ça m’a surpris ! Puis, les contractions sont arrivĂ©es trĂšs vite, toutes les 2.5 minutes et une douleur difficile Ă  supporter.
La sage-femme a eu du mal Ă  me calmer et avait l’air surprise de voir comme je supportais mal la douleur. Il faut dire qu’Ă  peine les eaux perdues, j’avais des contractions toutes les 2.5 minutes.

Elle a appelĂ© l’anesthĂ©siste, (Ouf ! Celui que j’avais rencontrĂ©) pour qu’il pose la pĂ©ridurale. J’ai eu mal comme jamais, et je suis Ă  moitiĂ© tombĂ©e dans les pommes ! Ensuite, je me suis endormie de 07h30 Ă  12h30 sur la table d’accouchement, avec mon mari qui dormait Ă  cotĂ© de moi. Rien ne pouvait nous perturber, tellement on Ă©tait fatiguĂ© tous les deux. Mon mari a mĂȘme eu le temps de rentrer chez nous pour sortir le chien. Pour nous, tout Ă©tait normal, pas de stress… nous Ă©tions patients et attendions l’instant T.

Toutes les heures, la sage-femme venait vĂ©rifier l’ouverture du col, et Ă  12h30, elle a commencĂ© Ă  me « prĂ©parer ». 13h00 : le mĂ©decin- accoucheur est venu et en 22 minutes notre bĂ©bĂ© montrait sa frimousse. Pris de tellement d’Ă©motion, nous n’avons pas eu le rĂ©flexe de demander si c’Ă©tait une fille ou un garçon ! Pourtant, ça faisait dĂ©jĂ  neuf mois qu’on attendait de savoir. C’Ă©tait un beau petit bonhomme de 48 cm et de 4kg300, que nous avons appelĂ© LĂ©o-Paul.

AprĂšs son arrivĂ©e, j’ai fait cadeau des restes de la grossesse Ă  mon mĂ©decin-accoucheur sur ses genoux. Il m’avait demandĂ© de pousser fort. C’est ce que j’ai fait. Le pauvre, il a dĂ» rentrer chez lui pour se changer avant de partir au restaurant oĂč il avait rendez-vous avec sa femme !

Ça reste le plus beau jour de notre vie…

À lire absolument

Laisser un commentaire