5 idées reçues sur l’hyperfertilité

Quand les grossesses se déclarent les unes après les autres, forcément, on en entend des vertes et des pas mûres… et personne ne pense une seconde à l’hyperfertilité. Eh oui, ça existe, même si c’est assez rare. Pour les couples qui ont du mal à concevoir un bébé, l’hyperfertilité est sans doute vue comme une bénédiction. Mais pour les couples qui doivent faire face à une grossesse au premier câlin après le retour de couches, pas sûr qu’ils partagent cette opinion. D’autant qu’ils doivent aussi supporter un certain nombre d’idées reçues. Petit florilège non exhaustif.

Les grossesses à répétition, c’est parce que la femme est sujette à l’hyperfertilité

Eh bien non, ce n’est pas toujours la faute de la femme, il faut s’affranchir un peu de ce point de vue machiste. Un bébé, c’est le produit d’une relation entre un homme et une femme (hors PMA). Il faut les gamètes de l’un et les gamètes de l’autre pour faire un bébé, voire des bébés à répétition. Si un homme est peu fertile, sa compagne aura beau ovuler à l’envie plusieurs fois dans son cycle, ça ne marchera pas forcément. Donc, non, l’hyperfertilité n’implique pas que la femme, mais aussi l’homme, donc… le couple.

Tu as sûrement oublié ta pilule encore une fois !

Encore une fois, ben non… pas forcément. Parce qu’il y a des femmes qui ont aussi des grossesses inattendues sous stérilet et là, on ne va pas nous faire le coup de l’oubli, non ? Et quand on sait qu’on risque un bébé à chaque câlin, on a plutôt tendance à faire très attention à son pilulier, non ? Ceci étant, il est vrai que le corps médical a du mal à admettre les limites de la pharmacopée contraceptive. Donc, à coup sûr, vous aurez droit à la remarque. Mais ça n’est pas forcément vrai pour autant. En général, c’est exact que l’oubli de pilule, ou une crise de vomissements juste après l’avoir avalée, sont à l’origine de ce bébé surprise. Mais pas que… Tout n’est pas blanc ou noir sous le soleil.

Ta contraception ne te convient, pas : changes-en !

Ça, tu y auras droit. Sauf que quand tu en es à la quatrième grossesse en trois ans et demi, tu n’as pas attendu l’évidence pour te faire la même réflexion. En principe, les stérilets et les implants sont jusqu’à 20 fois plus efficaces que la pilule. Mouais… Sur une femme à la fertilité disons… classique. Mais quand on est hyperfertile à deux, ça ne va pas forcément le faire. La bonne nouvelle (pour les autres), c’est qu’il n’y a que 0,5% des femmes en âge de procréer qui arrivent à mettre en échec stérilets et implants. Pas certain qu’elles se réjouissent de la performance.

La capote, ça existe !

Ben voyons, et ça marche à tous les coups, n’est-ce pas ? Ben non. La capote, ça déborde ou ça se rompt. C’est ballot mais c’est comme ça. Donc la capote est une protection supplémentaire à la contraception mais ça n’est pas la panacée. Et puis franchement, pour un couple stable, c’est quand même pas joyeux, joyeux, l’amour sous protection caoutchoutée ?

Voir Aussi

T’as qu’à te faire ligaturer les trompes !

Merci, tu n’y aurais pas pensé ! Evidemment que si tu as osé lancer le sujet sur la table de consultation. Sauf que si tu n’as pas 42 ans passés, le gynécologue va faire comme s’il ne t’avait pas entendue. Alors à 27, 32 ou 35 ans, ne rêve pas, la majorité d’entre eux vont dire niet. Ben oui… imagine le pire : demain, n accident de voiture, tu perds ce qui fait ta vie… Une fois le deuil surmonté, tu voudras peut-être un autre enfant.

Ou alors toi et chéri, c’est fini… Si tu rencontres un autre amoureux, sans enfant et qui en veut un… tu fais quoi avec tes trompes ligaturées ? Tu espères très fort faire partie des 0,001% qui parviennent à concevoir un enfant malgré les ligatures. Bon, tout ça, c’est du bidon, mais c’est à cela que pense ton gynéco quand il te dit non pour l’instant parce que beaucoup trop jeune pour une décision aussi définitive. Reste la vasectomie pour chéri, mais là, il va falloir le convaincre. Pas simple tant le sperme évoque la virilité. Et puis là encore, c’est pas gagné à coup sûr… Mais il existe des vasectomies involontairement partielles, et là, c’est reparti pour un tour…


Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire