Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus grossesse » La prise d’antidĂ©presseurs n’influencerait pas l’allaitement

La prise d’antidĂ©presseurs n’influencerait pas l’allaitement

La prise d’antidĂ©presseurs pendant la grossesse Ă©tait jusqu’Ă  prĂ©sent susceptible d’ĂȘtre corrĂ©lĂ©e Ă  une baisse de production de lait maternel, ce qui pouvait gĂȘner l’allaitement. Une nouvelle Ă©tude semble montrer que la prise tardive d’antidĂ©presseurs pendant la grossesse n’influe pas sur le volume de lait maternel.

Prise d’antidĂ©presseurs pendant la grossesse : bien consulter son mĂ©decin

Si la prise de mĂ©dicaments pendant la grossesse est souvent contre-indiquĂ©e, les antidĂ©presseurs sont un cas Ă  part. De nombreuses femmes sont sujettent Ă  des Ă©pisodes dĂ©pressifs et la grossesse qui amĂšne un grand chamboulement hormonal peut ĂȘtre une pĂ©riode dĂ©licate pour beaucoup de femmes enceintes. Si les derniĂšres Ă©tudes sont parfois contradictoires sur les consĂ©quences de la prise de certains antidĂ©presseurs pendant la grossesse, une chose est sure c’est que la prise en charge de la dĂ©pression chez la femme enceinte doit se faire rapidement et efficacement.

DifficultĂ©s d’allaiter et prise d’antidĂ©presseurs : un lien pas si Ă©vident

Les chercheurs se sont penchĂ©s sur l’impact de la prise tardive d’un type d’antidĂ©presseurs (les inhibiteurs de la recapture de la sĂ©rotonine) sur l’allaitement. Pour cette Ă©tude, plus de 3 000 femmes ont participĂ©. Les rĂ©sultats de l’étude semblent montrer que la prise de ce type d’antidĂ©presseurs en fin de grossesse chez les mĂšres de bĂ©bĂ©s prĂ©maturĂ©s, n’est pas forcĂ©ment corrĂ©lĂ©e Ă  une baisse de la quantitĂ© de lait. Les chercheurs soulignent que ce sont plutĂŽt les femmes prĂ©sentant des troubles psychiatriques non traitĂ©s qui pourraient ĂȘtre plus touchĂ©es par une baisse de la quantitĂ© de lait lors de l’allaitement. C’est donc bien la maladie psychiatrique en elle-mĂȘme qui serait responsable d’une Ă©ventuelle diminution de montĂ©e de lait. Les auteurs prĂ©conisent ainsi qu’un soutien et une information adaptĂ©s soient apportĂ©s aux femmes enceintes. En dĂ©but d’annĂ©e, des scientifiques du King’s College of London avaient dĂ©montrĂ© que prĂšs d’un quart des femmes enceintes Ă©taient sujettes Ă  des troubles mentaux. Toutes ces donnĂ©es vont ainsi en faveur d’un dĂ©pistage plus fin et plus prĂ©coce des troubles mentaux chez les femmes enceintes grĂące aux visites mĂ©dicales prĂ©natales.

Antidépresseurs et grossesse : que faire ?

Le CRAT (Centre de RĂ©fĂ©rence sur les Agents TĂ©ratogĂšnes) est formel, si vous aviez un traitement avant la grossesse, il ne faut surtout pas l’interrompre. Parlez-en Ă  votre mĂ©decin car des traitements compatibles avec la grossesse existent. Certains traitements utilisĂ©s Ă  des dosages adaptĂ©s sont parfaitement possibles pendant la grossesse et l’allaitement. Une dĂ©pression non traitĂ©e peut avoir des consĂ©quences beaucoup plus graves sur la grossesse alors n’hĂ©sitez jamais Ă  parler de votre problĂšme ou vos angoisses Ă  votre sage-femme ou votre mĂ©decin.

À lire absolument

Laisser un commentaire