Neufmois.fr » Conception » Et si consulter avant de concevoir bĂ©bĂ©, ça changeait tout ?

Et si consulter avant de concevoir bébé, ça changeait tout ?

Selon un sondage Odoxa pour le Grand Forum des Tout-Petits, rĂ©alisĂ©e auprès 1.008 Français âgĂ©s de 20 Ă  40 ans, deux tiers des Français en âge de procrĂ©er seraient mal informĂ©s sur l’hygiène de vie (diĂ©tĂ©tique, alcool, tabac, mĂ©dicaments, polluants…) Ă  mettre en place avant de concevoir bĂ©bĂ© et pendant la grossesse. Et la plupart pense que seule l’hygiène de vie de la mère compte, que celle du père n’a pas d’incidence sur la santĂ© et la croissance du fĹ“tus. En clair, les jeunes en âge de procrĂ©er ont des lacunes Ă  combler et s’estiment mal informĂ©s. Pourtant, ce ne sont pas les bonnes informations qui manquent sur Neuf Mois, n’est-ce pas ? Notamment une d’importance : la consultation prĂ©conceptionnelle est recommandĂ©e. On vous rappelle de quoi il s’agit.

Autrefois, c’est-Ă -dire quand votre mère avait 20 ans, on appelait ça la visite prĂ©-nuptiale et c’Ă©tait obligatoire. Et puis les temps changent et des esprits modernes ont dĂ©cidĂ© de la renvoyer au rayon des alĂ©atoires puisque le mariage n’est plus le prĂ©alable Ă  la conception d’un enfant. Et c’est tant mieux sans doute. Cependant, l’intĂ©rĂŞt de cette consultation mĂ©dicale avant la conception d’un enfant n’est pas caduque pour autant.

A quoi servait cette consultation ?

Jusqu’au milieu des annĂ©es 80, cĂ©lĂ©brer la PentecĂ´te avant Pâques, c’Ă©tait encore très mal vu. Donc, les bĂ©bĂ©s, on les faisait après ĂŞtre passĂ©s devant Monsieur le Maire. Et avant, avec le mĂ©decin on vĂ©rifiait que rien ne s’opposait Ă  la conception d’un petit bout dans de bonnes conditions : pas de « maladies honteuses » (syphyllis…) comme on disait encore alors dans certaines campagnes, pas de cousinages prĂ©occupants, pas de maladies gĂ©nĂ©tiques connues dans l’une ou l’autre famille et on repartait avec les premières analyses de dĂ©pistage : rubĂ©ole, toxoplasmose… Mais aujourd’hui, près de deux bĂ©bĂ©s sur trois naissent hors mariage. Alors forcĂ©ment, la visite prĂ©-nuptiale, c’est obsolète. Pour autant, ne faut-il pas consulter quand mĂŞme une sage-femme ou un mĂ©decin dès qu’on souhaite faire un bĂ©bĂ©, c’est Ă  dire quelques mois avant de d’arrĂŞter la contraception ?

Une consultation utile pour faire un bilan de santé

Plein de petits soucis de santĂ© peuvent contrarier les projets de maternitĂ© zen : des carences notamment en folates (vitamine B9) qui touchent beaucoup de jeunes femmes en âge de concevoir et peuvent causer des malformations fĹ“tales. Prendre une supplĂ©mentation trois mois avant d’arrĂŞter la pilule et la poursuivre a minima jusqu’au quatrième mois et si possible tout au long de la grossesse, c’est l’un des points qui sera Ă©voquĂ© pendant ce rendez-vous. C’est aussi l’occasion d’Ă©voquer les antĂ©cĂ©dents de santĂ© (les vĂ´tres, les siens, les hĂ©rĂ©ditaires…), les traitements en cours, les problèmes de surpoids Ă©ventuels (ou le contraire aussi) qu’il convient de rĂ©soudre autant que possible avant d’entamer la grossesse pour Ă©viter les complications qu’un excès de poids gĂ©nère, enceinte.

Si vous avez dĂ©jĂ  eu un bĂ©bĂ©, le professionnel de santĂ© va examiner la manière dont la grossesse et l’accouchement se sont dĂ©roulĂ©s et mettre en place, le cas Ă©chĂ©ant, des traitements prĂ©ventifs pour dĂ©marrer une nouvelle grossesse dans de meilleures conditions que la prĂ©cĂ©dente ou surveiller plus prĂ©cisĂ©ment son dĂ©roulement, si vous avez connu des soucis lors de votre première grossesse et/ou de votre premier accouchement. Il est d’autant plus nĂ©cessaire de consulter avant de concevoir bĂ©bĂ© si vous avez dĂ©mĂ©nagĂ© ou dĂ©cidĂ© de changer de praticien.

À lire absolument

Laisser un commentaire